« L’Éducation en Afrique » était le thème de la conférence du samedi 20 février au Monument de la Renaissance dans le cadre des rendez-vous de l’Afrique consciente qui ont lieu tous les 3e samedis de chaque mois. A l’occasion, l’Afrique consciente prône l’intégration de l’enseignement de Cheikh Anta Diop dans le système éducatif africain.

« …  Gayndé Ndiaye, activiste panafricain, professeur en Sciences Politiques à l’ISM a fait une brillante intervention dont le titre était : L’École Africaine de la pédagogie critique à la libération. Il a retracé l’histoire de la transmission de la connaissance, de l’Egypte Antique à nos jours. Il a décrit la verticalité du savoir. Selon lui dans le système traditionnel africain notamment en Egypte, la transmission du savoir suit un système holistique qui fait appel à l’éveil du savoir qui est déjà ancré en l’individu. Plus tard, les Grecs se chargeront de la démocratisation du savoir.

À travers une description de la cérémonie Suigui des Dogons organisée tous les 60 ans, narrée par Marcel Griot, il a su prouver que l’Afrique, au-delà de l’Egypte ancienne, est dotée d’une science qu’il faudrait redécouvrir en fouillant sous les traditions.

La pédagogie des Opprimés de Paulo Freire était au rendez-vous, mettant en exergue l’importance de la libération de l’esprit afin de permettre au savoir de donner libre cours et de contribuer à l’épanouissement de l’individu, tandis que ce dernier se dote d’un esprit critique pour faire la part des choses.

  1. Ndiaye a étayé son intervention de questionnements: l’école est-elle pour être formé, se transformer ou être formaté?

Selon lui, une révolution devrait s’opérer en Afrique afin de transformer le mécanisme de cette éducation afin de permettre un échange à part entière entre l’élève et son maître, l’enseignant et l’étudiant tout en encourageant la créativité.

Puis vint l’intervention de Mme Hulo Guillabert activiste panafricaine, écrivain et DG de diasporas noires.

D’après elle, le monde de l’Éducation est en crise partout en Afrique francophone…

La crise n’est pas seulement d’ordre financier ou de reconnaissance de nos enseignants ou de nullité de plus en plus abyssale des élèves et étudiants…

C’est un cancer profond qui le ronge et le plonge dans le malaise depuis des décennies. C’est le cancer de la géographie européenne apprise par cœur, le spectre de ces rois et grands hommes européens qui squattent la tête de nos enfants nuit et jour alors que les nôtres en sont totalement absents. C’est le cancer de cette éducation à l’européenne qui dit à nos enfants que le Saint Graal est d’aller étudier après son bac ou d’aller travailler en Europe coûte que coûte au péril de sa vie.

C’est ce cancer qui insidieusement, montre à nos enfants des images falsifiées d’eux-mêmes quand ils se regardent dans le miroir.

C’est le cancer de la perte d’identité et des valeurs africaines qui créé un dysfonctionnement et une dissonance grave.

Les politiques publiques doivent s’atteler à une refonte courageuse de tout le système éducatif sinon rien ne fonctionnera plus jamais dans ce vieux corps malade… Il est plus que temps !

Comme disait Malcolm X « Il est vraiment idiot de confier à son ennemi l’éducation de ses enfants »

Cette aliénation nous conduit par exemple sous couvert de conservation de patrimoine historique a avoir une énorme statue d’un des plus grands bourreaux de nos ancêtres, qui trône en 2016 sur la plus belle place de Saint-Louis et pire encore, avec une plaque « À Louis Faidherbe, le Sénégal reconnaissant».

Là on ne peut pas pousser plus loin l’aliénation n’est-ce pas ? Glorifier nos bourreaux !

C’est comme si, aujourd’hui, on faisait lire et aimer Mein Kampf aux enfants juifs. C’est aberrant n’est-ce pas ?

Avez-vous remarqué que par contre nos rois sont toujours présentés comme des despotes sanguinaires et injustes envers leurs populations, coupant des têtes pour un oui ou un non ? Avez-vous remarqué notre spiritualité ancestrale est présentée comme de l’animisme ou de la sorcellerie ?

Les mots sont des armes redoutables et ces mots qui nous méprisent pullulent dans notre système éducatif et dans nos systèmes de référence, dans notre subconscient !

Je reprends ci-dessous certains passages de plusieurs articles écrits par Khadim Ndiaye, historien et spécialiste de Cheikh Anta Diop qui habite au Canada.

Dans une lettre du gouverneur du « Sénégal et dépendances » et de l’AOF (Afrique occidentale française). Jean Jubelin du 23 mars 1829, adressée au ministre de la Marine, il est écrit qu’il faut :

« Amener les habitants indigènes à la connaissance et à l’habitude du français et associer pour eux à l’étude de notre langue, celle des notions les plus indispensables. Leur inspirer le goût de nos biens et de nos industries. Enfin créer chaque année parmi eux une pépinière de jeunes sujets propres à devenir l’élite de leurs concitoyens, à éclairer à leur tour et à propager insensiblement les premiers éléments de civilisation européenne chez les peuples de l’intérieur. Tels devaient être les fruits du nouvel établissement. »

Voilà pourquoi l’enseignement de Cheikh Anta Diop doit être intégré dans le système éducatif en Afrique.

« Cheikh Anta Diop a fait le constat du dépérissement de la personnalité de l’Africain, du Noir en général, qui a un besoin réel d’être renforcée par la mise en place d’un cadre culturel approprié : « La personnalité du Noir, écrit-il, est la plus délabrée de toutes, comparée à celles des autres ex-colonisés: ces derniers bénéficient, en général, d’un cadre culturel et d’une superstructure moins entamés, qu’il faut, souvent recréer ici. La création d’une conscience collective nationale, adaptée aux circonstances, et la rénovation de la culture nationale, sont le point de départ de toute action progressiste en Afrique noire. C’est le moyen de prévenir les diverses formes d’agressions culturelles. »

Hulo Guillabert s’interroge : Quelle réforme de l’enseignement sera mise en œuvre afin de non seulement intégrer les enseignements de Cheikh Anta Diop à l’école et à l’université mais également afin d’extirper tout néocolonialisme globalement de notre système éducatif ? Ces 2 objectifs doivent aller de pair !

Il faut que cela soit fait à partir de l’école primaire partout, afin de façonner positivement les têtes de nos enfants, la survie de l’Afrique en dépend, la souveraineté de l’Afrique en dépend, l’unité de l’Afrique en dépend !

Beaucoup de réactions dans l’assistance et de belles contributions !

Comme celle de M. Babacar Ndiaye, Président Honoraire de la Banque Africaine de Développement (BAD), les jeunes peuvent faire l’histoire. Ils devraient pour ce faire jouer un rôle participatif au lieu d’être des spectateurs afin de contribuer à créer « la recette de l’histoire » dont ils doivent contribuer à trouver les ingrédients.

Ou encore celle M. Mamadou Ndoye ancien ministre de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, ancien ministre de l’Éducation de Base et de la Promotion des Langues Nationales qui a partagé son expertise sur la méthodologie éducative et les différentes étapes que devrait suivre une réforme de l’éducation en Afrique. Selon lui, l’Afrique est connue pour être le berceau de l’humanité. Il faudrait donc recréer l’histoire afin qu’à travers l’éveil des consciences ainsi que des pratiques pragmatiques adaptées aux réalités socio-économiques et culturelles du continent, le continent reparte sur ses pieds et mérite son titre de berceau de l’humanité. Il s’est aussi appesanti sur l’identité africaine comme instrument pour la reconstruction de l’intégration africaine.

La modératrice, Mme Woré Ndiaye, Directrice Exécutive de Sunu Capital Humain, écrivain et experte en transformation de conflits, quant à elle, a soulevé la nécessité de comparer le système francophone et celui anglophone en prenant le soin de collecter les bonnes pratiques qu’il faudra répliquer. Citant le Professeur Joseph Ki-Zerbo, elle a rappelé que  » l’on ne développe pas un pays, l’on se développe ». D’où l’importance pour l’Afrique de recréer son propre critère de développement autour d’une éducation sociale qui soit égale ou supérieure à l’éducation académique de l’individu, en valorisant des vertus humaines afin de favoriser l’émergence du continent.

Merci à Woré Ndiaye pour ce compte-rendu

(Directrice Exécutive de l’organisation Sunu Capital Humain Ecrivain, Experte en transformation de conflits)